ob_8c00a9_mariage

 

 


Un jour, une princesse se promenait seule dans la forêt. La nuit commença à tomber, et elle se rendit compte alors qu’elle était loin de chez elle et se mit à pleurer car elle n’arrivait plus à retrouver son chemin.

Seule dans cette forêt, elle avait froid, faim et très peur. Elle marchait pour retrouver son chemin quand soudain, elle aperçut une lumière au loin.

Elle s’en approcha et vit une petite maison ; elle toqua à la porte et un jeune homme lui répondit ; il s’étonna de voir une jeune fille si tard, en pleine nuit, et lui demanda ce qui lui était arrivé.

Elle répondit en pleurnt qu’elle s’était perdue, et il la fit donc entrer chez lui.

Il vivait tout seul ; il se rappela cette phrase : « Quand deux personnes sont seules, Shaytan est la troisième personne ».

Il lui donna à manger, à boire ainsi que des vêtements chauds et lui montra une chambre ou elle passerait la nuit.

Il s’assura qu’elle ne manquait de rien, puis il partit faire la prière. Shaytan lui dit de se dépêcher, car la princesse est seule dans l’autre pièce : c’est une belle fille, parfumée, séduisante...

Pour combattre Shaytan, le jeune homme enchaîna une prière, puis une autre, puis encore une autre, pendant une bonne partie de la nuit.

Mais Shaytan continuait toujours à lui dire qu'il fallait aller voir la princesse, et commettre un péché.

C’est alors qu’il alluma une bougie, mit son doigt dans la flamme pendant quelques secondes jusqu’à ressentir une violente brûlure, puis il retourna faire la prière jusqu’au lendemain matin. Comme il faisait jour, il ramena la princesse chez elle ; celle-ci raconta tout ce qui s’était passé à son père, et lui dit qu’elle avait vu le jeune homme mettre son doigt dans la flamme d’une bougie, et avoir très mal.

Le Roi appela alors le jeune homme et lui demanda pourquoi il s’était volontairement brûlé le doigt. Le jeune homme répondit que c’était une affaire entre lui et Allah. Mais le Roi voulait absolument comprendre et força le jeune homme à répondre. Alors, il expliqua :
« La punition du péché est le feu de l’Enfer : pour m’empêcher de commettre un péché, j’ai voulu ressentir la sensation du feu : c’est pour cela que j’ai mis mon doigt dans la petite flamme de la bougie ; ceci m’a fait mal, même si c’était une toute petite flamme, alors j’ai pu imaginer un petit instant la punition du feu de l’Enfer, qui est beaucoup plus douloureux que le feu de notre monde ! »
Le pauvre jeune homme avait le doigt tout brûlé...

La princesse, qui avait tout entendu, se convertit à l’Islam et, touchée par la délicatesse de ce jeune homme, l’épousa.