30 juillet 2015

Al aqiqa

un-bebe-girafe-appele-girafon-nous-regarde-avec-des-yeux-tendres_110936_w460

 

Le Prophète Alayhi salat wa salam a dit :

"On sacrifie deux moutons pour le garçon et un pour la fille et il n'y a pas de mal à ce qu'ils soient mâles ou femelles".

[Hadith jugé authentique par At-Tirmidhi et les autres].

 

Yahyâ Ibn Sa'd a mentionné d'après Amrah citant 'Â'ichah Radi 'Allâh anha :

" Le Messager d'Allâh Alayhi salat wa salam a accompli la 'Aqîqah pour Al-Hasan et Al-Husayn le septième jour après leur naissance. "

 

Posté par Assya Hayati à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


25 avril 2015

Le sacrifice d'Ismail

basmala

 

 

 

ICI

Posté par Assya Hayati à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

24 avril 2015

Le sacrifice d'Ali (aid al adha)

108480870

 

Voici une courte histoire pour expliquer aux enfants le sacrifice de l'aid !!!

 " Là! J'ai trouvé la lune " dit Ali, six ans, à son père.
" Où ? " demanda le grand frère d'Ali, Abdallah.
" Tu vois ce grand arbre? Elle est juste à côté " répondit Ali.
Les garçons essayaient d'apercevoir le croissant de la nouvelle lune marquant le début du mois islamique de Dhou l-hijja. La fête de l'Aïd aurait lieu dix jours après l'apparition de la nouvelle lune.
" Oh, je la vois maintenant ", dit Abdallah.
   

" Papa, on peut aller acheter un mouton demain ? " demanda Ali.
" Bien sûr, nous irons après la prière de Dhouhor ", répondit leur père.
Le lendemain, les enfants montèrent en voiture avec leur père. Ils allaient à la ferme acheter un mouton pour l'égorger le jour  de l'Aïd, en souvenir de ce qu'avait fait le Prophète Ibrahim (Abraham), la paix soit sur lui.
" Cette fois-ci, on va ramener le mouton à la maison ", dit leur père, " alors vous allez devoir vous en occuper et le nourrir. Vous pourrez aussi jouer avec lui. "

" Youpi ! " s'exclama Ali. " Je vais même lui apprendre des tours !   

Les garçons et leur père choisirent un mouton et le ramenèrent à la maison. Le lendemain, Ali se réveilla très tôt, bien avant l'heure où il se levait d'habitude. Il se lava et s'habilla, puis sortit pour jouer avec le mouton. Ses frères Othman et Abdallah étaient déjà dehors près du mouton.
" Assalamou alaykoum, " dirent-ils ensemble.
" Wa-alaykoum as-salam, " répondit Ali.
" Nous avons décidé de nourrir le mouton à tour de rôle. Chacun de nous s'occupera du mouton pendant une journée. Tu peux commencer si tu veux, " dit Abdallah.
" D'accord, " dit Ali. " Où est la nourriture ? "
" Là, " répondit Abdallah, montrant la botte de paille dans un coin.

Après la prière de l'Aïd, le jour de la fête du sacrifice, la famille rentra à la maison. Le moment était venu d'égorger le mouton.
" P-p-papa, p-p-pourquoi tu vas t-t-tuer le mouton ? " demanda Ali, au bord des larmes, tandis que son père aiguisait son couteau.
   

" Nous devons le tuer, parce que Dieu nous l'a ordonné ", répondit son père. " Chaque année, lors de Aïd al-adha, les musulmans dans le monde entier, s'ils en ont les moyens, égorgent un mouton, ou une chèvre, une vache ou un chameau. Voici pourquoi : Dieu avait ordonné au Prophète Ibrahim, la paix soit sur lui, d'égorger son fils, pour le mettre à l'épreuve. Il s'apprêtait à obéir parce que c'était un ordre de Dieu. Mais Dieu lui a donné à la place un bélier à égorger et Ibrahim, la paix soit sur lui, a égorgé le bélier. Pour commémorer cet immense sacrifice, il est demandé aux musulmans d'égorger un animal, puis de donner une partie de la viande. Vous aussi, vous devrez le faire quand vous serez grands. "
Ali ne répondit pas. Il regarda son père égorger le mouton. Puis il s'enfuit dans la maison parce qu'il ne pouvait pas supporter de regarder le mouton mourir.   


Abdallah vint le rejoindre et lui expliqua à nouveau ce que son père lui avait dit. Ali finit par comprendre, mais il avait encore l'air triste.

Ensuite, les garçons aidèrent leur père à faire le reste du travail. En réfléchissant à ce qui s'était passé, Ali comprit qu'il venait d'apprendre le sens du mot sacrifice : renoncer à quelque chose qu'on aime pour un but plus important. Il était heureux maintenant, parce qu'il savait qu'ils avaient tué le mouton pour obéir à l'ordre de Dieu. Il entra alors dans la maison pour aider sa maman à nettoyer la viande.

Posté par Assya Hayati à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,